Bat For Lashes

Friday 28 October

Natasha Khan peut désormais faire ce qu’elle veut. Elle qu’on imaginait comme nouvelle prétresse de l’indie folk lyrique au tournant des années 2010, a fini par remiser ses apparats organiques pour passer du côté de la dream pop et des instrumentations électroniques. Seule reste sa voix et son écriture, aussi mystérieuses et touchants l’une que l’autre. Sans elle, le monde ne serait pas aussi sensible qu’il l’est aujourd’hui, et voici l’occasion parfaite de s’en rappeler.

Natasha Khan is now free to do as she pleases. The woman we once saw as the new high priestess of lyrical indie-folk, back in the beginning of the decade, has shed her original garments to slip into something more dream-pop and electronic. But what is left, her voice and her writing, is both touching and mysterious. The world in her absence would be a sadder place, and this is the chance to be reminded of that.